L’histoire de l’ardoise d’Anjou ou ardoise d’Angers

L’histoire de l’ardoise d’Anjou ou ardoise d’Angers

Les toitures en ardoise se répandent de plus en plus. À Anjou notamment, les maisons et les châteaux ont une très belle allure avec ce matériau charmant très apprécié pour sa longévité. Pour sa pureté et sa durabilité, de nombreux constructeurs se servent de l’ardoise pour les décorations d’intérieur et la mise en place de jardins d’extérieurs. Un grand nombre de personnes ne le sait pas, mais c’est un matériau qui retrace toute une histoire.

L’ardoise d’Anjou, une histoire séculaire

C’est depuis le VIIIe siècle que l’ardoise a commencé à servir comme matériau de construction. Afin de profiter de son imperméabilité et surtout de sa résistance aux intempéries, les concepteurs utilisaient l’ardoise d’Angers pour ériger les murs des maisons et des habitations en général. Toujours pendant le moyen-âge, notamment au XIe siècle, les pierres bleues extraites des carrières vont servir d’objets de décoration pour les toitures. Il n’y a pas si longtemps, les carrières schisteuses de Trélazé alimentaient encore l’extraction de l’ardoise d’Anjou dont l’exportation se faisait jusqu’au Japon. Il n’est donc pas étonnant qu’on retrouve encore des châteaux d’Angers recouverts de l’ardoise angevine. En effet, le succès du matériel ne s’est pas limité à la période médiévale. Au XIVe siècle, l’extraction des ardoises est devenue une activité très florissante.

L’essor de l’extraction des ardoises après les années 1800

Que ce soit à ciel ouvert ou en chambre souterraine, l’exploitation et l’extraction des ardoises ont connu un véritable pic au XIVe siècle. C’est à cette période que la Société des Ardoisières d’Angers va voir le jour. Si à l’origine l’ardoise servait pour la construction des murailles des châteaux, ce matériau va devenir, petit à petit, une couverture pour les maisons. Il avait de nombreuses qualités :

  • Raffinement ;
  • Imperméable ;
  • Solidité ;
  • Résistance ;
  • Esthétique.

De nombreux designers vont donc commencer à préférer l’usage des ardoises d’Anjou pour les toitures en lieu et place des tuiles. Bien malheureusement, l’exploitation abusive des points d’extraction va conduire à un appauvrissement des gisements. Cela n’a pas empêché les coûts de production d’exploser en début du XXIe siècle.

L’ardoise d’Angers est-elle un matériau du passé ?

Les Ardoisières d’Angers-Trélazé, qui étaient la dernière mine de France, ont fermé en mars 2014. Ce sont des gisements qui offraient des ardoises avec des couleurs très attrayantes et très agréables. Aujourd’hui en France, les ardoises d’Anjou qui sont sur le marché proviennent à près de 90 % de l’Espagne. Néanmoins, on retrouve encore des passionnés qui vendent des ardoises extraites d’Angers. L’ardoise n’est donc pas un matériau du passé, d’autant plus qu’elle est très utilisée en France pour la décoration. De plus, les gisements sont devenus de réels repères du tourisme.

Revivre l’histoire de l’ardoise au musée de Trélazé

Des véritables pôles d’extractions qu’ils ont été, les gisements d’ardoise sont devenus des sites touristiques incontournables. Depuis 1983 que le Musée de l’Ardoise de Trélazé a ouvert ses portes, il accueille des milliers de touristes et de voyageurs. C’est un musée qui raconte l’histoire de 600 ans d’extraction et qui permet de se replonger dans une activité qui a marqué l’économie et le paysage. Le site ardoisier de Trélazé a été réhabilité et dispose d’un grand parc de 100 hectares. C’est un site naturel qu’on a du plaisir à explorer à vélo et en famille. De nombreuses surprises attendent les touristes :

  • La découverte d’un univers lunaire ;
  • L’exploration d’anciennes carrières à ciel ouvert ;
  • La visite de lieux naturels sauvages ;
  • La découverte d’une riche collection d’objets et de documents anciens au musée ;
  • La découverte des galeries jusqu’à 126 mètres sous terre ;
  • La possibilité de vivre un parcours scénographique du quotidien des mineurs, etc.

Le site historique des Ardoisières est un itinéraire de découvertes. Il n’y a pas meilleure façon de rendre hommage à ce matériau qu’en l’utilisant comme ameublement pour la maison ou le jardin.

L’ardoise, ce matériau incontournable de décoration

L’ardoise d’Anjou n’est plus aujourd’hui le matériau qui servait aux murailles ou qui sert de toitures pour les châteaux et les maisons. Elle s’utilise pour la fabrication des arts de table par exemple. Il y a des dessous de bouteille, des assiettes et même des sous-verre ardoise. Lorsqu’on souhaite réaliser un superbe aménagement paysager, l’option de l’ardoise n’est pas à exclure. C’est un matériau qui fait profiter de son esthétique et de son charme dans la construction des dallages, des palissades, des bordures et des murets. Sans aucun doute, c’est un matériau haut de gamme souvent plébiscité par des maitres d’œuvres ou des architectes pour ses qualités de durabilité.


Les commentaires sont clos.